Les écoles fleuries

Les écoles fleuries

Prenez une école comme toutes les autres écoles. Au premier coup d’oeil, rien de particulier, sauf qu’on voit dans la cour, selon les saisons, des jardinières et des parterres de fleurs, de légumes, de plantes aromatiques.
Ici, on invite les enfants à découvrir le monde tant végétal qu’animal, en jardinant. Acteurs et partenaires de leur cadre familier, les enfants plantent bulbes, graines, tubercules et apportent les soins nécessaires aux plantes, guidés par l’enseignant(e) et l’Atsem* en maternelle, un Papy ou une Mamie jardinier, ou un bénévole d’association comme Jardinot.
Tous travaillent de concert pour créer cet espace de découverte et participer bien souvent au Concours des Ecoles Fleuries.
Depuis 43 ans, l’Office Central de la Coopération à l’École (OCCE) et la Fédération des Délégués Départementaux de l’Éducation Nationale (FDDEN) organisent le Concours des Ecoles fleuries sous l’égide du Ministère de l’Éducation. Il faut alors réaliser un dossier décrivant le projet jardin de l’année scolaire impliquant soit une ou plusieurs classes ou l’école au complet. Récompensés au niveau départemental, les premiers prix sont sélectionnés au niveau national (excellence, honneur, jeunes jardiniers, pédagogie coopérative, citoyenneté, biodiversité, etc.) par catégorie : maternelle, élémentaire, rurale, enseignement spécialisé, collège.

 

 

 

 

EN 2016, PLUS DE 65000 ÉLÈVES ET ENSEIGNANTS ONT CONCOURU.
Ce concours valorise les activités de fleurissement et de jardinage pour l’aménagement intérieur et/ou extérieur des écoles par les élèves tout en contribuant à l’acquisition de connaissances et de compétences dans tous les domaines enseignés. Les élèves trouvent leur intérêt dans ce projet selon les niveaux scolaires par :
~~l ’éducation scientifique : observation et expérimentation,
~~les mathématiques,
~~l ’expression artistique : peinture, dessin, land-art et aussi poésie, musique, chant,
~~l ’histoire : de la pomme de terre, de la tulipe qui, au 17ème siècle, a donné naissance à la «Tulipe Mania» devenue Tulipomania,
~~la géographie,
~~ et l’enseignement de la langue française sollicité en permanence.
Le projet jardinage ou écoles fleuries est un projet commun, rassembleur d’idées et de méthodes. Il permet d’éduquer et générer les initiatives, les responsabilités et l’autonomie des enfants. C’est agir ensemble.
Ces activités s’inscrivent dans une démarche coopérative des élèves, dans un esprit citoyen comme dans un effort d’éducation au développement durable. Elles établissent un lien direct avec les enjeux de notre monde : la biodiversité, l’équilibre des divers milieux, la préservation des ressources comme l’eau.
Pour la réussite de ce projet Ecoles Fleuries, on comptera sur la motivation du chef d’établissement pour devenir un moteur essentiel de l’activité.
Le travail se déroule sur le temps scolaire, mais il est possible d’associer le(la) bibliothécaire ou les activités menées sur le temps périscolaire.
Pas besoin de grandes surfaces pour nos petits, moyens ou plus grands jardiniers en herbe. De simples jardinières et des pots sont un bon début. Evidemment un espace à jardiner est l’idéal.
Petit à petit, les enfants deviennent les éléments actifs de la pédagogie mise en oeuvre autour d’eux et, adolescents, certains trouveront un débouché pour leur vie future.
C’est une grande récompense pour ceux qui initient avec des gestes simples nos jeunes générations.

Danièle et Michel Feutry, bien connus de Jardinot, interviennent comme bénévoles. Danièle, enseignante en retraite depuis 2008, continue à jardiner, après avoir mené à bien 30 années consécutives de projets «Ecoles fleuries», à l’école élémentaire René Guest de La Garenne-Colombes avec 30 Premiers Prix départementaux des Hauts de Seine et 28 Prix Nationaux. C’est l’école élémentaire la plus titrée de France dans ce domaine.
L’école ne participe plus au concours mais les 15 classes s’activent autour et dans la vie au jardin, au fil des saisons. Plantation de bulbes, de légumes, de plantes aromatiques, entretien du compost et recyclage des déchets alimentaires, étude des graines et du cycle de vie des plantes, observation des petites bêtes du jardin. Danièle est pédagogue et transmet sa passion à ses collègues et aux enfants. Michel, retraité depuis 1999, oeuvre dans plusieurs écoles maternelles de Paris. C’est la même approche adaptée aux enfants de 3 à 6 ans, en fonction des projets de classe. Suivant ses conseils, chacun met les mains dans la terre, plante bulbes, graines, pommes de terre, haricots etc. Là encore, on agit dans tous les domaines disciplinaires. Il faut maîtriser le geste, synchroniser la tête et la main, prendre l’équilibre pour ne rien écraser et apprendre la patience. Attendre que la fleur ou le pied de haricots pousse, c’est long pour un enfant. Danièle a rejoint Michel en maternelle, motivant et donnant quelques idées et conseils aux enseignants pour gérer l’interdisciplinarité de l’activité. Chaque année, 1 ou 2 maternelles suivies présentent un dossier au Concours National des Ecoles Fleuries. Les résultats sont là (plusieurs Premiers Prix et Prix d’Excellence de la ville de Paris et des Prix Nationaux dans chaque maternelle). Et pour nos écoles, les fournitures viennent de JARDINOT !

Vanessa N. pratique depuis deux ans le jardinage avec ses élèves.
« C’est un excellent moyen d’aborder avec les élèves des notions essentielles : le cycle de vie du monde végétal, la nutrition, la saisonnalité mais aussi le développement durable, la gestion de l’eau et des déchets. Cette activité, en plus d’offrir un cadre de vie agréable, leur offre un moyen de s’ouvrir au monde qui les entoure en découvrant une multitude de variétés de graines, de plantes. Ils goûtent des herbes aromatiques, sentent le parfum des fleurs et observent au fil des jours l’évolution de leurs plantations… Ils deviennent plus curieux, attentifs et se questionnent davantage.»

 

*Agent territorial spécialisé des écoles maternelles

Texte et photos : Danièle Feutry

Please follow and like us:

Laisser un commentaire