Etiquettes de jardin

Loin d’être une perte de temps, prenez du plaisir et amusez-vous en installant ou en créant des étiquettes pour identifier vos plantations. Identifier ses plantations au jardin d’agrément comme au potager n’est pas seulement décoratif. C’est un moyen de faire découvrir son univers jardin aux visiteurs

Copyright © Jardinot / photo : Mam'zelle Jeanette

Étiquettes de jardin

Loin d’être une perte de temps, prenez du plaisir et amusez-vous en installant ou en créant des étiquettes pour identifier vos plantations.

Quelle utilité ?
Identifier ses plantations au jardin d’agrément comme au potager n’est pas seulement décoratif. C’est un moyen de faire découvrir son univers jardin aux visiteurs, et c’est aussi la meilleure façon de se repérer.
Au jardin : La mise en place de l’identification des plantations donnera un petit côté jardin botanique. Au fil des années, on ne se souvient plus trop de ce qu’on a planté comme variété, ce sera donc plus facile de se repérer, surtout quand la végétation est en repos. Cela facilitera l’implantation de nouveaux végétaux.
Au verger : Très pratique pour signaler les variétés et indiquer leurs spécificités : précocité, qualité, date de récolte, etc.
Au potager : Nous disposons d’une offre importante de variétés dans plusieurs familles potagères. Mais comment s’y retrouver ? Agrafer une étique sur chaque pied de tomates, de poivrons ou d’aubergine. Pour tous les semis, piquer une pancarte devant chaque rang avec l’espèce, la variété, la date de semis ou autres informations souhaitées. Pour les pommes de terre, j’utilise la pochette de présentation du fabricant qui me donnera pour chaque type son utilisation (purée, vapeur, frites) et sa précocité (primeur, conservation), ce qui est très utile au moment de la récolte. Plastifiez la pochette pour une meilleure résistance.
Bouturage : Il est essentiel de mettre des repères, car au début, toutes les boutures se ressemblent. Etiquetez chaque pot, idem pour vos propres semis de tomates.

Quel type d’étiquettes ?
Vous n’avez que l’embarras du choix.
Les acheter : En jardineries, dans les catalogues, vous en trouverez de toutes tailles en bois, en plastique, en métal, en ardoise.
Les créer : Des touillettes à café (très économique), des pinces à linge en bois, des petits pots de terre cuite, des planchettes de bois de récupération, etc. Laissez vagabonder votre imagination.
Ecrire : Selon le support, utilisez soit un marqueur indélébile noir, soit un crayon à craie ou un marqueur blanc. Pour une utilisation extérieure, il est très important d’utiliser une encre résistante aux ultraviolets. Et un peu d’humour est toujours possible.

J’ai choisi l’aquilux, c’est le plus pratique et le plus économique. Il suffit de découper au cutter des petits rectangles de dix à douze centimètres par six à huit centimètres dans une plaque d’aquilux achetée ou récupérée. L’ardoise pour son esthétisme et sa résistance. Utilisez un crayon à craie pour les cultures de saison, ou un feutre indélébile de couleur blanche spécial ardoise pour les plantations permanentes. J’utilise des carrés de quinze par quinze centimètres suspendus à une tige métallique dont la partie supérieure est en forme de crosse d’évêque.

Texte : Jean-Marc Muller

Please follow and like us:

Laisser un commentaire