L’igname

L’igname

De culture simple, rustique, résistant au froid, l’igname allie l’originalité des légumes exotiques à forte teneur en amidon et l’intérêt d’une bonne production.

L’Igname, Dioscorea batatas (Famille des Dioscoréacées), est originaire des régions tropicales. Domestiqué en Afrique depuis au moins 6 000 ans, il est arrivé en France vers 1850, pour tenter de remplacer la pomme de terre décimée par le mildiou. Il en existe environ 600 espèces à travers le monde, mais seul l’igname de Chine est cultivable en France.

DESCRIPTION
La plante grimpante est volubile, sans vrille et peut atteindre 3 m de haut. Les feuilles ont la base en forme de cœur et, au sommet, la pointe est allongée. De petites fleurs blanches stériles apparaissent en grappe. La tige souterraine est pourvue de tubercules comestibles pouvant atteindre de belles dimensions : 60 à 90 cm de long pour un poids supérieur à 600 g.

Tubercule

CONDITIONS DE CULTURE
Choisir un emplacement bien ensoleillé, plutôt abrité et un sol bien enrichi et ameubli profondément. Le cycle de culture est plutôt long, de 7 à 8 mois.

MULTIPLICATION
La seule méthode est de partir du tubercule, entier ou coupé en tronçons, que l’on peut installer directement en pleine terre, dès le printemps, à 10 ou 12 cm de profondeur comme pour les pommes de terre (prévoir de l’espace entre chaque pied).

ENTRETIEN
Aucun, si ce n’est que l’igname demande beaucoup de chaleur et d’humidité, d’où la nécessité de bien arroser, surtout en période de sécheresse. Pour favoriser le développement de la plante, ne pas la laisser courir au sol, mais la palisser à l’aide de tuteurs croisés.

RÉCOLTE
Elle se fait lorsque les feuilles jaunissent à partir de novembre. Récolter au fur et à mesure des besoins. Pour avoir de gros tubercules, il est possible d’attendre la deuxième année. Il faut creuser à 50 cm au minimum. L’arrachage doit se faire avec délicatesse, car l’igname est fragile et casse facilement.

CUISINE
Délicieux, sucré et tendre, il a une grande valeur nutritionnelle, riche en vitamines C et B. Il se mange cuit à la façon des pommes de terre. Sa chair est blanche, farineuse au goût de noisette. L’accommoder bouilli, en frites, en purée, en beignets et en chips à l’apéritif.

Mes conseils
Le cuire impérativement pour le consommer, car sa chair contient un alcaloïde toxique, la dioscorine, qui se décompose à la cuisson.
L’igname de Chine peut se cultiver sur des buttes de 30 à 40 cm, ce qui rendra la récolte moins fastidieuse.

Texte Jean-Marc Muller – Photos Jean-Marc Muller, Stocklib

Please follow and like us:

Laisser un commentaire