Jardiner avec la lune

Lorsqu’on veut jardiner avec la lune, le plus compliqué est de bien comprendre et différencier les termes : « lune montante − lune descendante » et « lune croissante − lune décroissante ». Un calendrier donnant les indications de culture, en suivant la lune, pour une année donnée, ne peut pas être utilisé

Copyright © Jardinot / photo : Stocklib

Jardiner avec la lune

Lorsqu’on veut jardiner avec la lune, le plus compliqué est de bien comprendre et différencier les termes : « lune montante − lune descendante » et « lune croissante − lune décroissante ».

Attention !
Un calendrier donnant les indications de culture, en suivant la lune, pour une année donnée, ne peut pas être utilisé l’année suivante.

Lune montante − lune descendante :
La lune fait le tour de la terre en un peu plus de vingt−sept jours. Pendant une moitié de ce temps, soit un peu plus de treize jours, et quelle que soit sa forme (entière ou en quartier), elle apparaît, jour après jour, un peu plus haut dans le ciel, on dit alors qu’elle est montante. Pendant l’autre moitié elle apparaîtra un peu plus basse dans le ciel, elle est descendante. Pour mesurer ce phénomène, il suffit d’observer le ciel, de repérer la position de la lune par rapport à un point (arbre, maison, pylône, etc) et le lendemain de comparer la position de la lune dans le ciel par rapport au point fixe, en vous plaçant au même endroit mais deux heures plus tard. Si elle se trouve plus haut, elle est en phase montante. Si elle est plus basse, elle est en phase descendante.
En lune montante, la sève monte plus dans le feuillage. Les plantes poussent mieux. Cette période est propice au semis, aux greffes, etc. En lune descendante, la sève s’écoulera plus dans les parties souterraines. On profitera de cette période pour travailler le sol, biner, amender, ameublir, enrichir, repiquer, planter, éclaircir les semis, tailler ou pincer, marcotter et bouturer.

Lune croissante − lune décroissante :
Ces périodes correspondent à la modification visuelle de la lune. Le jour de la pleine lune, elle apparaît presque entièrement sous la forme d’un disque. Les deux semaines suivantes, soit environ quinze jours, le disque se déforme et deviendra un croissant. C’est le dernier quartier. Le lendemain nous ne verrons pas de lune, c’est la nouvelle lune. La période s’écoulant de la pleine lune à la nouvelle lune est dite « décroissante ». Sa surface diminue, à nos yeux, tous les jours. Les deux semaines qui suivent, soit encore environ quinze jours, la lune réapparaît sous la forme d’un croissant inversé, c’est le premier quartier. Puis, au fil des jours, elle revient à sa forme de pleine lune (comme décrit ci−dessus). La période s’écoulant de la nouvelle lune à la pleine lune est dite « croissante ». Sa surface augmente, à nos yeux de jour en jour. Pour simplifier, la lune est croissante lorsqu’elle nous apparaît de plus en plus grosse, elle est décroissante lorsqu’elle nous apparaît de plus en plus petite. Un autre petit truc pour savoir si nous sommes en lune descendante ou croissante : imaginez une barre verticale que vous poserez du côté du creux du croissant (seule les pointes touchent la barre). Si vous formez la lettre « p », la lune est dans son premier quartier, elle est donc croissante. Si vous formez la lettre « d », la lune est dans son dernier quartier, elle est donc décroissante.
En lune croissante, les plantes sont plus résistantes aux maladies, poussent davantage, les légumes et arbres fruitiers produisent plus. Les fleurs coupées, les légumes et fruits se conserveront un peu plus longtemps. En lune décroissante, la vitalité des plantes a tendance à diminuer. En contrepartie, leurs couleurs, leurs parfums, leurs goûts et autres propriétés sont plus valorisés. Les légumes ou les fruits récoltés se garderont plus difficilement.

L’apogée, le périgée et le nœud lunaire
Ces termes correspondent aux périodes, entre trois et cinq jours ou demi−journées, où il est déconseillé de mettre un pied dans le jardin. Cela découle d’observations de jardiniers (mauvaise germination, développement irrégulier, sensibilité plus importante aux maladies, troubles de la croissance, etc.). Ces périodes sont calculées et reprises dans les calendriers lunaires pour chaque mois de l’année. Si vous envisagez de jardiner avec la lune, je vous conseille d’acheter un ouvrage traitant du jardinage avec la lune et donnant les indications à suivre chaque jour de l’année.

Texte : Thierry Rivry

Please follow and like us:

Laisser un commentaire