La courge spaghetti

La courge spaghetti

Une courge originale qui se cuisine comme les pâtes dont elle porte le nom.

Originaire du Mexique, mais répandue depuis longtemps dans l’ensemble des Andes, la courge spaghetti, cucurbita pépo, appartient à la grande famille des cucurbitacées. Ce sont des végétaux parmi les plus anciennement cultivés par l’homme. Leur apparition en Europe date des découvertes du continent américain par Christophe Colomb.

IMGP2300
Conditions de culture

Elle aime un sol meuble, riche en humus et préfère une exposition ensoleillée. Réserver un emplacement suffisamment vaste pour espacer chaque poquet car les courges spaghetti mettent beaucoup de vigueur à buissonner, courir, ou même grimper si vous leur en donnez la possibilité !

Semis

Au mois d’avril, semer 3 ou 4 graines dans des godets remplis de terreau « spécial semis ». Maintenir humide, bien exposé à la lumière du jour et à une température d’environ 20°C. Eviter
l’excès d’arrosage. Mettre en place en pleine terre dès que les gelées ne sont plus à craindre. Vous pouvez aussi semer directement en place. Préparer un trou avec un peu de compost, déposer 4 à 5 graines, recouvrir de 2cm de terreau. Maintenir le sol frais jusqu’à la levée, garder 2 ou 3 plants par poquet. Selon les conditions climatiques, protéger quelques jours ces jeunes plantations par un voile de forçage.

Entretien
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Garder le sol propre en binant en début de végétation. En soirée, faire des arrosages fréquents, surtout en période de sécheresse.

Récolte

En octobre, juste avant les gelées quand les fruits sont bien mûrs, la peau étant devenue jaunâtre. Attention à ne pas casser le pédoncule. Elles peuvent être conservées plusieurs mois dans un endroit ventilé à une température d’environ 15° à 18°C.

Intérêt diététique et utilisation culinaire

Peu calorique, elle contient des vitamines C, A et B ainsi que des sels minéraux : phosphore, calcium et magnésium… Ses fibres facilitent le transit intestinal. La chair est jaunâtre, sucrée, neutre en goût. La faire cuire en entier 25 à 35 minutes (selon la grosseur) à l’eau bouillante, puis la couper en 2 dans le sens de la longueur. Détacher les filaments à l’aide d’une fourchette et les cuisiner
comme les pâtes dont elle porte le nom : à la sauce tomate, en gratin…

Mon conseil :

La plante est sensible à l’oïdium, surtout à partir du mois d’août. Surveiller l’apparition de taches blanches sur les 2 faces des feuilles. Couper les feuilles atteintes. En préventif, dès le printemps, pulvériser du purin de prèle ou des produits à base de soufre.

Texte et photos Jean-Marc Muller
Please follow and like us:

Laisser un commentaire