La vérite sur l’oxalis

La vérite sur l’oxalis

Ange ou démon ?
« Mauvaise herbe », peste végétale ou plante décorative et potagère ?

Oxalis deppei

Le genre OXALIS comprend environ 500 espèces dont une dizaine sont présentes à l’état spontané dans l’hexagone (sauvages ou échappées de jardin) souvent faussement désignées sous la dénomination de TRÈFLE.

DE MULTIPLES ESPÈCES
Ces espèces comme : l’oseille des bois (oxalis acetosella), l’oxalis d’Europe (oxalis stricta) ou l’oxalis chétive (oxalis debilis) sont des plantes herbacées, vivaces à feuilles trifoliées (ou palmées) qui se multiplient rarement par graines, mais se reproduisent grâce à des bulbilles ou par bouturage.

Les oxalis peuvent être des adventices envahisseuses des jardins, des terrains maraîchers et des anciens sols cultivés, souvent à proximité des habitations.

L’oxalis chétive ou débilis était autrefois largement cultivée, surtout par les jardiniers anglais pour sa floraison, rose tendre ; elle est
aujourd’hui naturalisée dans presque toute l’Europe.

Oxalis debilis

UNE ORIGINE TRÈS DIVERSIFIÉE
De nombreux oxalis originaires d’Europe, d’Amérique ou d’Afrique ont été, dès le 17e siècle, cultivés comme plantes potagères. Leurs feuilles acides étaient utilisées comme celles de l’oseille. Mais c’est surtout comme plante ornementale couvre-sol que l’oxalis a connu son expansion.

L’oxalis aceto sella et ses nombreuses variétés horticoles, est une plante tapissante dont les feuilles vert pâle, ressemblant à du trèfle, ont 3 folioles en forme de cœur inversé. On les trouve à l’état sauvage dans nos forêts ; elles ont été largement cultivées par les paysagistes pour garnir les talus et les zones ombragées des parcs et jardins.

L’oxalis tetaphylla est une vivace bulbeuse formant une touffe de feuilles, vert moyen, composée de quatre folioles, rayés de pourpre à la base. On désigne souvent cette espèce sous le nom de trèfle à 4 feuilles. Sa floraison pourpre en fait une plante très recherchée par les jardiniers et les horticulteurs fleuristes pour sa facilité de culture.

En règle générale tous les oxalis désirent des terres riches, profondes, fraîches et bien drainées. Cependant ils craignent la neige, les hivers humides et l’eau stagnante.

Oxalis acetosella

CLASSÉ AUSSI DANS LES LÉGUMES « OUBLIÉS »
Le saviez-vous, L’OCA du Pérou ou oxalis crenata, plante potagère très recherchée par les amateurs de légumes anciens ou oubliés, a plusieurs variétés aux tubercules ronds ou longs, blancs, roses, violets, rouges ou jaunes ; on peut s’en procurer sur les marchés bio.

Egalement introduite comme plante alimentaire, l’oxalide de deppe (oxalis deppei) originaire du Mexique, qui possède une racine  tubéreuse aux bourgeons bulbiformes, n’est plus guère cultivée aujourd’hui que pour ses fleurs ornementales. On avait fondé de grandes espérances sur cette plante au sommet de son introduction en France. Son goût peut varier entre la pomme de terre ratte et la châtaigne avec une légère acidité qui est plus agréable. Lire « Le potager d’un curieux » de Auguste Pailleux et Désiré Bois.

Afin de limiter l’expansion des espèces d’oxalis invasives et pour les éliminer de nos jardinières et massifs floraux, je vous conseille
de les arracher à l’aide d’une houlette ou d’une gouge à asperge, le matin à la rosée ou après une pluie, lorsque la terre est ameublie ; prélevez un maximum de racines et de bulbes.

Au jardin, binez les touffes d’oxalis par temps ensoleillé, chaud et sec. Laissez-les griller sur le sol. Sarclez systématiquement la repousse jusqu’à épuisement de la plante.

Un dernier conseil : évitez les labours profonds qui favorisent la multiplication ainsi que les apports de compost, de fumier, d’engrais azotés et de paillage. Cette plante semble résistante aux herbicides chimiques.

Oxalis stricta

Texte Claude Bureaux – Photos Stocklib

Please follow and like us:

Laisser un commentaire