L’or blanc du Maroc, l’arganier

L’or blanc du Maroc, l’arganier

 

L’huile d’argan est devenue depuis quelques années un produit cosmétique à la mode.
Produit rare et cher, elle fait l’objet de coupages ou de contrefaçons qui ne présentent plus aucune des vertus naturelles de l’huile d’argan 100% pure.

Affiaches

L’huile est élaborée à partir des amandons contenus dans une noix, elle-même au centre du fruit de l’arganier, l’affiache, ressemblant à une grosse olive.
L’arganier Argania Spinosa est un arbre endémique du sud marocain. On en trouve également en Algérie. C’est un arbre aux rameaux plus ou moins épineux de 8 à 10 m de haut à la cime arrondie qui peut vivre de 150 à 200 ans. L’arganier s’accommode des terrains pauvres mais apprécie l’air humide.
Il est adapté aux sécheresses extrêmes grâce à une régulation du potentiel foliaire et un système racinaire très développé et très profond qui, combiné à l’action de champignons spécifiques, permet l’absorption des nutriments. La reproduction artificielle des arbres nécessite d’inoculer ces champignons.
Le tronc est tortueux comme pour l’olivier.
Les arbres se couvrent de fleurs blanches autofertiles en mai/juin, tranchant sur le vert du feuillage persistant ressemblant à celui de l’olivier. Les fruits sont récoltés en juin/juillet.

Arganier

Un arbre en produit 10 à 30 kg par an. La noix contient 2 à 3 amandons.

Les animaux participent à la production de la précieuse huile : les paysans laissent les biquettes grimper dans les arbres, elles mangent quelques pousses mais aussi les fruits dont elles recrachent les noix qui, ramassées doivent être ouvertes à la main. Il n’y a pas de mécanisation efficace de cette tâche. L’huile est obtenue à partir du produit du broyage fin, manuel ou mécanique, des amandons préalablement séchés, auquel on ajoute de l’eau. Il faut 38 kg de fruits pour 1l d’huile.
Avec des amandons torréfiés sera produite l’huile alimentaire au fort goût d’amande et de noisette. Avec des amandes nature sera obtenue l’huile cosmétique et de massage.

Bien que 800 000 ha soient plantés et exploités, l’arganier est en voie de disparition car son bois très dur, dit bois de fer, sert pour la menuiserie mais aussi comme combustible sous forme naturelle ou transformé en charbon de bois. Il disparaît également au profit des autres cultures, aussi une réserve de 26 000 ha a obtenu le statut de réserve de biosphère accordé par l’UNESCO.

Sous nos climats, l’arganier doit se cultiver en pot en intérieur dans un endroit fortement ensoleillé. Le résultat reste aléatoire.

Texte : Didier Sagon
Photos : Stocklib

Please follow and like us:

Laisser un commentaire