Lutter contre le taupin

Pour lutter contre ce ravageur il faut connaître un minimum son cycle de vie. Il existe plusieurs espèces de taupins (environ deux cent), on en recense

Copyright © Jardinot / photo : Laurent Givernaud

Lutter contre le taupin

Pour lutter contre ce ravageur il faut connaître un minimum son cycle de vie. Il existe plusieurs espèces de taupins (environ deux cent), on en recense au moins quatorze en France dont quatre reconnues comme nuisibles. Son cycle de vie se décompose comme suit :
L’œuf : la ponte a lieu tous les ans de mai à juillet. Les œufs sont déposés individuellement ou par groupe, de préférence dans un sol humide.
La larve : son cycle de vie peut durer d’un à six ans suivant les espèces. Vous trouverez donc, dans votre sol, des larves à différents stades. La larve est très sensible à la sécheresse et se déplace suivant l’humidité du sol. Elle se transformera en nymphe dans une loge terreuse pouvant se trouver jusqu’à soixante centimètres de profondeur. La larve est sensible au froid et reste enfouie durant l’hiver jusqu’au réchauffement du sol au printemps.
La nymphe : elle donnera vie à l’adulte qui émerge du sol au printemps.
L’adulte : viendra pondre à quelques centimètres de profondeur.
La larve de taupin se développe particulièrement dans les anciennes prairies.

De bonnes pratiques de jardinage doivent vous permettre de vous débarrasser de ces indésirables.
– Rotation des cultures en évitant de cultiver à la suite des légumes que les taupins, très polyphages, apprécient : pomme de terre, carotte, betterave, navet, panais, tomate, maïs, salade, asperge, fraise et les plantes à bulbes (crocus à safran).
– Bêchage à grosses mottes en fin d’automne, afin de laisser les larves à découvert. Elles seront mangées par leur prédateurs (oiseau, musaraigne, taupe, hérisson carabe) ou seront détruites par le gel.
– En cours de culture, les binages répétés feront remonter les œufs en surface et limiteront la multiplication des larves.
– Utiliser du purin de fougères dilué pour arroser, il semblerait que la fougère agisse comme répulsif.
– Enfin, fabriquer des pièges avec des pommes de terre coupées ou des demi-carottes que vous enterrerez entre quatre et six centimètres de profondeur, face coupée vers le sol. Relevez vos pièges régulièrement et détruisez les larves.
– Si vous en avez la possibilité, laissez courir quelques poules dans votre potager, elles raffolent des larves de taupin.
Vous pouvez utiliser de la chaux ou de la cyanamide calcique, mais attention, il faut faire une analyse de votre sol, avant, pour être certain de ne pas le déséquilibrer.

Suivant le PH de votre sol, voici comment utiliser la chaux :
Si vous avez un PH de 7,3 et plus : Votre sol est alcalin. Il y a trop de calcium, il ne faut surtout pas faire d’apport de chaux ou de cyanamide.
Si vous avez un PH compris entre 6,8 et 7,2 : C’est excellent, votre sol est neutre. Il ne faut pas faire d’apport ni de chaux ni de cyanamide.
Si vous avez un PH compris entre 5,5 et 6,7 : Il faut effectuer un chaulage d’entretien à raison de quinze kilogrammes pour cent mètres carré.
Si vous avez un PH compris entre 4,5 et 5,4 : Il faudra effectuer un chaulage de rectification. Pour cela il faut compter soixante kilogrammes pour cent mètres carré. Dans ce cas, Il ne faut jamais faire l’apport en une seule fois, mais progressivement, et contrôler le PH régulièrement.
La chaux est apportée, de préférence, en février ou mars. On la mélange, par griffage, dans les dix premiers centimètres du sol. La cyanamide calcique sera plutôt utilisée en février car elle a également une fonction herbicide. On l’utilise à raison de trois à quatre kilogrammes pour cent mètres carré. La chaux ou la cyanamide calcique ne joueront qu’un rôle de répulsif dans la lutte contre les taupins mais ne pourront, en aucun cas, éradiquer ce nuisible.

Texte : Thierry Rivry

Please follow and like us:

Laisser un commentaire