Michel Noirault et Gilbert Prouveur, 2 éminents apiculteurs

Michel Noirault et Gilbert Prouveur, 2 éminents apiculteurs

Notre association et plus particulièrement le Rucher de Saint-Cloud a été frappée par la disparition de deux de ses plus anciens membres.

Michel et Gilbert

Notre ami, Michel NOIRAULT, nous a quittés le 6 février 2015 après une longue hospitalisation suite à des problèmes cardiaques. Gilbert PROUVEUR n’a pas survécu à des difficultés pulmonaires qui l’ont emporté le 20 février 2015. Tous deux ont oeuvré depuis très longtemps et à divers titres pour l’essor du groupement d’apiculteurs de JARDINOT.
Michel NOIRAULT faisait partie du tout premier groupe d’apiculteurs de JARDINOT fondé par Gilbert Prouveur et d’autres passionnés dès les années 1975 et alors installé près de la gare de
Saint-Nom La Bretèche. Il a suivi le groupe dans ses mutations, d’abord à Garches/Marne la Coquette et plus récemment à Saint-Cloud en apportant son précieux concours lors des aménagements sans cesse à refaire. Toujours très actif et assidu, il avait un savoir-faire dans beaucoup de domaines et l’exerçait sans relâche au profit de tous : jardinage, bricolage, culinaire et bien sûr, apicole.

Nous n’oublierons pas sa gentillesse et son dévouement qui ont permis, avec l’aide d’autres membres, de maintenir nos ruchers successifs dans un état d’entretien très soigné et d’apparence
très agréable. Toutes nos pensées vont vers sa famille et plus particulièrement, vers Anne-Marie, sa femme que nous assurons de notre réconfort et de nos plus sincères condoléances.
Avec la disparition de Gilbert PROUVEUR, c’est tout un pan des fondements de l’apiculture à JARDINOT qui disparaît. Il est à l’origine de la création des comités apicoles au sein de
l’association, remplissant ainsi un engagement cité dans l’objet de nos Statuts nationaux (développement et vulgarisation de l’horticulture, de l’apiculture, de l’aviculture…) dès 1971,
concrétisé par la création du rucher du cheminot (Saint-Nom-La-Bretèche) devenu maintenant notre association à Saint-Cloud. Ensuite, en 1973, avec l’aide de membres de la Société Centrale d’Apiculture, dont il faisait partie et dont il deviendra le président de décembre 1973 à avril 1975, il fonde le rucher du Domaine de Saint-Cloud (SCA) sur le domaine éponyme. Gilbert s’est beaucoup donné dans les associations apicoles autant dans JARDINOT qu’en dehors, notamment à la SCA où il a été formateur pendant des années et surtout au rucher Georges BRASSENS où, avec notre regretté Francis Canneson, il recevait tous les élèves des écoles de Paris pour une découverte du monde des abeilles. Plusieurs milliers d’enfants ont ainsi pu tenir à mains nues un cadre de couvain couvert d’abeilles et obtenir le diplôme prouvant leur courage.

Fervent partisan et défenseur de l’abeille noire, il mena des travaux de sélection dans ses différents ruchers à partir des analyses biométriques (indice cubital) de colonies potentiellement donneuses. Nous avons passé ensemble et avec d’autres, de longues heures à coller des centaines d’ailes gauches d’abeilles (jeunes) sur les lames de verre de protection de diapositives 24×36 avant de les projeter sur grand écran pour définir le fameux rapport cubital (rapport de la longueur de deux nervures). Des courbes de Gauss des résultats, on déduisait l’écotype dominant de la colonie où le prélèvement avait été opéré… Le sommet de cette sélection fut atteint l’année où une reine élevée à partir d’une colonie donneuse remarquable donna naissance à une colonie qui produisit 87 kg de miel en quelques mois (photo affichée dans la salle de réunion). Sa passion pour l’écotype abeille noire alla jusqu’à lui faire passer un séjour dans le sanctuaire
de conservation de cette abeille, à Ouessant d’où il ramena une reine « raceuse ». Il mit au point une alternative pour débutants, à l’élevage délicat des reines par picking, en utilisant seulement une… pince à dessin .

Gilbert avait une autre passion, la voile, principalement autour des îles grecques. Il avait d’ailleurs suivi assidûment les cours de Grec à l’école des Langues O’ -Institut national des langues
et civilisations orientales (INALCO) de Paris. Il fréquenta aussi l’Atlantique et racontait volontiers comment il avait survécu à plusieurs jours de temps de chien sur la route de l’Irlande en mangeant seulement du miel, seule denrée qui passait sans revenir…

Il était administrateur honoraire de JARDINOT – c’est lui qui m’avait parrainé, à sa succession, lors de son passage dans l’honorariat pour conserver, dit-il, un apiculteur parmi les membres du CA – et était président honoraire du rucher de Saint-Cloud. Il avait été fait chevalier du mérite agricole au titre de ses activités au sein de notre association nationale. Nous n’oublierons pas sa modestie cachant sa grande connaissance du monde des abeilles et de leur manipulation et son dévouement à la cause apicole.
Nous présentons à sa femme, Pierrette et à toute sa famille nos plus sincères condoléances.

Texte Jean-Paul Charron – Photo Danièle Feutry

Please follow and like us:

Laisser un commentaire