Novembre – Décembre 2016

pages-de-lvjj_416_mag_web-2Numéro 416

Novembre – Décembre  2016

L’humeur de Claude Bureau

RESTONS HUMBLE DEVANT LA NATURE !

Ce printemps et cet été n’ont pas été toujours favorables au jardin familial. Dérèglement climatique ou pas, dans de nombreuses régions ; gelées printanières tardives, grêle, inondations, sécheresse, canicule, nous ont obligés à adapter nos méthodes culturales habituelles.
Les aléas météorologiques ont également favorisé le développement de nombreuses maladies… De plus, l’hiver dernier trop doux a permis à certains insectes ravageurs de résister et de se multiplier avec excès.
De tout temps, les jardiniers, par nature pragmatiques, ont su s’adapter aux fluctuations météorologiques. Il y a toujours eu des « années à fruits », des « années à tomates » ou des « années à roses ».
Malgré cette année exceptionnelle en catastrophes potagères, l’ensemble de la saison ne s’avère pas aussi désastreuse que le disent certains.
Quels que soit la région, le terroir, le microclimat ou les accidents climatiques, les anciens « maîtres jardiniers » ont toujours observé avec attention le « Baromètre de Flore » : l’observation des plantes du jardin ou des espèces sauvages indigènes apporte des surprises quotidiennes, tout au long de l’année, car elles jouent parfois le rôle de thermomètre ou de baromètre.
Certains végétaux vivent au gré des conditions atmosphériques, certaines fleurs s’ouvrent quand il fait doux, se ferment ou changent de couleur au moindre froid. Leur modification d’aspect précède parfois les phénomènes météorologiques :
en cas d’orage, les fleurs de pissenlits se referment, la laitue s’épanouit avant l’arrivée de la pluie. Avec les fortes chaleurs, les arbres à feuilles caduques (parfois les persistants) se débarrassent d’une partie de leur feuillage pour résister à une trop grande évaporation.
Certaines plantes guident une bonne pratique de jardinage : « à la floraison du lilas, on plante les pommes de terre » ; « on sème le gazon » à l’automne lorsque les « Cynorhodons » (nommés « Gratte-Culs » par les jardiniers) sont mûrs et au printemps à la floraison du Forsythia.
La sagesse jardinière a parfois été plus réaliste que les injonctions des différents calendriers de travaux (horticoles régionaux ou lunaire) : les plants de tomates plantés cette année après les « saints de glace » ont souvent fini au tas de compost, mais des plantations plus tardives ont donné malgré tout d’excellents résultats et les fruitiers arbustifs remontants nous ont parfois étonnés par des récoltes inhabituelles.
Alors « Hauts les cœurs », une bonne année devrait suivre une année médiocre… mère nature guidera toujours nos travaux et nos récoltes.

Claude Bureau – Maître Jardinier
sur France Info les samedis et dimanches / 5h25 – 7h27 – 11h55

Au sommaire de ce numéro :

 

L’humeur de Claude Bureaux
Restons humbles devant la nature !

Le coin associatif
Jardinot met à l’honneur vos jardins
Table des articles 2016
Jardinot d’or, la dernière étape
CCGPF

Le jardinage raisonné
Des collections pour protéger la biodiversité
Organiser de façon simple son coin compost

Le coin Loisirs
L’Herbier National : un passé au service du futur
Séjour à Madère

Le coin potager
Légumes perpétuels
Le houblon (humulus lupulus) À cultiver sans modération
L’oca du Pérou

Le coin agrément
Mariez vos plantes, les bonnes associations !
Un jardin paré pour l’hiver

Pour ou contre
Des poules en liberté dans mon jardin

Les petits plats

Les travaux de saison

Les ennemis au jardin
Qui ruine mes planches ?

Le coin verger
Un verger 100% bio…

Le coin matériel
Bien ranger les outils de jardin

Carnet de voyages
Grand tour de Roumanie
Venise, les îles de la lagune et le Pô

Le coin biblio 

Le coin agenda

Le calendrier lunaire

Le coin des infos

Please follow and like us:

Laisser un commentaire