Préparer son sol pour les semis de printemps

Préparer son sol pour les semis de printemps

Bien préparer son sol est sans aucun doute l’opération de jardinage la plus importante de toutes, surtout au potager, car de cette bonne préparation découlera la réussite de vos semis et de vos plantations.

Utilisation de la campagnole

L’hiver et ses frimas s’estompent, le printemps pointe le bout de son nez. DU CALME, rien ne presse ! Si comme tout bon passionné du jardinage vous avez des fourmis dans les jambes (avant de les retrouver dans le jardin…), sachez malgré tout attendre et observer avant d’intervenir. Oui, les jours allongent, mais il faut rester prudent, en particulier avant de commencer les travaux de préparation du sol.

En premier lieu, pour ceux qui ont couvert leur sol pendant la période hivernale, et pour lui permettre de se réchauffer, il est temps d’ôter ces protections : carton, paillage, tapis, feuilles mortes…Sauf évidemment si vous avez opté pour d’autres méthodes de culture type butte auto-fertile, permaculture…

Quel que soit votre type de sol, il ne faut jamais intervenir s’il est en cours de dégel, voire encore gelé. Piétiner ou travailler un sol trop humide occasionnera des tassements, les outils laisseront des agglomérations de mottes de terre qui ne se résorberont plus de la saison.

SOYEZ OBSERVATEUR
Pas de trace d’eau en surface, la terre ne doit pas trop coller aux outils. Si c’est le cas, encore un peu de patience.

En règle générale, consultez la météo 48 heures avant vos interventions. Selon le temps annoncé, il est possible d’anticiper pour agir et en atténuer les effets qui pourraient être néfastes pour les cultures.

Plantation de pommes de terre

EN FIN D’HIVER
Attendez que le sol soit bien ressuyé pour intervenir, que ce soit pour le travailler, semer ou planter.

SI LE PRINTEMPS EST PLUTÔT FROID
Bâchez avec du plastique une semaine avant de semer pour accélérer le réchauffement du sol.

CONSEIL
Aucune germination n’est possible à moins de 6°C. Prenez la température du sol.

Repérez les signaux de la nature pour vérifier l’avancement du printemps et effectuer au bon moment vos semis et plantations : les alliacées se mettent en place quand les pêchers et les pruniers sont en fleurs, les pois, quand le saule marsault fleurit, les pommes de terre, aux premiers lilas, comme salade et poireaux…

Ne vous laissez pas abuser par les plants qui arrivent à contre-saison en magasin.

PRÉPARER LE TERRAIN
Travailler votre terre en fonction de sa structure.

L e développement des plantes et les éléments vivants du sol ont besoin d’une terre bien travaillée pour favoriser l’échange air/eau. Il est indispensable de bien connaître la nature de son terrain pour réagir au bon moment et au mieux des besoins. Un sol est plus ou moins lourd ou léger, selon qu’il se compacte facilement ou qu’il se délite. Intervenir en tout début de printemps pour un sol léger alors qu’une terre argileuse peut se travailler l’hiver. Ne pas travailler un sol trop sec, ou trop mouillé. Dans tous les cas, améliorer la texture en apportant des matières organiques.

Une terre destinée à recevoir des graines doit avoir été travaillée, émiettée, nivelée d’une manière irréprochable.

Terrain prêt pour semer

CONSEIL
Si le sol ne s’émiette pas ou mal, c’est qu’i l n’est pas assez asséché. Attendez une période plus favorable après une alternance d’humidité/sècheresse.

Préparez l’emplacement du semis en bêchant avec une fourche type « grelinette » car il est préférable de pratiquer une aération profonde du sol sans retournement. Cette aération va relancer l’activité des micro-organismes, rendant assimilables par les plantes les éléments nutritifs que le sol a en réserve.

INFO
Un nouvel outil est disponible, c’est « La Campagnole », une sorte de fourche-bêche améliorée.

Le sol doit avoir perdu son humidité et être bien réchauffé. Il doit être meuble et débarrassé de toutes les pierres et herbes indésirables qui pourraient gêner la formation des racines. Avec la griffe, brisez les mottes et nivelez avec le râteau.

Griffage de la terre

Les motobineuses offrent une alternative pour les grands espaces.

Il est préférable de laisser une quinzaine de jours entre le travail du sol et l’ensemencement.

Les semis en pleine terre varient avec les climats et les terrains. On sème plus tôt dans la moitié sud de la France que dans la moitié nord, et plus tôt dans une terre sablonneuse qu’argileuse.

CONSEIL
Un semis tardif, mais dans de bonnes conditions sera meilleur et, bien souvent, plus rapide, que celui effectué dans un sol pas vraiment prêt.
Une expression populaire parle de préparer « son lit de semence » dont WIKIPEDIA donne cette définition : « c’est la couche superficielle
du sol (5 à 10 cm) plus ou moins finement travaillée pour recevoir les graines lors du semis et favoriser leur germination grâce à un bon contact entre les graines et le sol ». Expression qui m’a toujours amusé alors que l’objectif principal de cette préparation est de tout faire afin que les semences s’éveillent et se développent vite et bien.

ET LA LUNE ?
Le jardinage est influencé par 3 facteurs forts : le rythme jour/nuit, le rythme des saisons e t le rythme climatique. Et 1 facteur plus faible : le rythme lunaire.
Moralité : ne s’en préoccuper qu’en dernier lieu, une fois que toutes les conditions favorables auront été réunies.

CONSEIL
Établissez le PLAN du jardin pour déterminer les bonnes implantations en tenant compte de la rotation des cultures et des associations favorables entre les plantes.

Aération de la terre sans la retourner

Texte et photos Jean-Marc Muller

Please follow and like us:

Laisser un commentaire