La tétragone cornue

tetragonia tetragonioides

Une curieuse graine à quatre côtés (d’où ce nom de tétragone), mais une plante avec de multiples avantages : facilité de culture, résistante, délicieuse

Copyright © Jardinot / photo : Jean-Marc Muller

Découvrez la tétragone cornue

Famille : aizoaceae
Origine : Nouvelle-Zélande, Australie

Une curieuse graine à quatre côtés (d’où ce nom de tétragone), mais une plante avec de multiples avantages : facilité de culture, résistante, délicieuse, riche en vitamine C et en protéine. A tous points de vue, je préfère de loin la tétragone à l’épinard. D’une famille peu répandue parmi les légumes (aizoaceae ou ficoïdaceae), la tetragonia tetragonoïdes a été découverte en Nouvelle-Zélande à la fin du XVIIIe siècle lors des expéditions du capitaine James Cook, et introduite en Europe peu après.

Description
Plante annuelle aux tiges rampantes pouvant atteindre un mètre de long. Les feuilles triangulaires sont plutôt petites, consistantes et charnues.

Copyright © Jean-Marc Muller

Copyright © Jean-Marc Muller

Culture
Si la tétragone s’accommode d’un sol pauvre, elle ne donnera de vrais résultats que dans un sol riche en humus et pas trop acide. Semer, en place, dès que les gelées ne sont plus à craindre. Prévoir des poquets de deux ou trois graines espacés de soixante-dix à quatre-vingt centimètres en tous sens, car chaque pied occupe jusqu’à un mètre carré environ. La levée est souvent capricieuse. Il est bon, avant de les semer, soit de faire tremper les graines dans l’eau pendant vingt-quatre heures, soit de bien mouiller la terre. Dans tous les cas, maintenir humide jusqu’aux premières pousses. Un sol bien réchauffé sera plus favorable.

Entretien
Merveilleux pour le jardinier, la tétragone ne demande aucun soin de culture. Mais, si elle est moins sensible à la sécheresse et à la chaleur que l’épinard, elle craint les premières gelées d’automne. Des arrosages copieux en cas de forte chaleur permettront de favoriser la production des feuilles. Des binages réguliers sont bénéfiques. Récolte : récolter au fur et à mesure des besoins à partir de juin jusqu’au gelées. Comme pour les épinards, cueillir feuille par feuille en choisissant les plus belles. En profiter pour pincer l’extrémité des tiges pour favoriser la ramification et obtenir des feuilles plus grandes.

Copyright © Jean-Marc Muller

Copyright © Jean-Marc Muller

Cuisine
Tous les accommodements de l’épinard sont adaptés à la tétragone : cuite à l’eau ou à la vapeur, à la crème, sautée à la poêle, etc. Mon béguin va à une utilisation des jeunes feuilles crues mélangées à une bonne salade variée, avec une touche d’arroche rouge et quelques fleurs de bourrache, un régal ! A noter que la tétragone se congèle aussi fort bien.

Comme l’arroche, la tétragone est productive à une période de l’année ou l’épinard pousse peu ou mal. Elle a aussi l’avantage de ne pratiquement pas monter à graines, même en période chaude.

Texte : Jean-Marc Muller

Please follow and like us:

Laisser un commentaire